Get Adobe Flash player

Diane Barriault

Conférences-causeries, printemps 2024

La SHEP vous offre ce printemps trois conférences-causeries. Le nombre de place étant limitées, vous devez réserver et payer à l’avance. Le coût est de 10 $ payable lors des conférences régulières mensuelles ou par virement interac en envoyant vos coordonnées à :shep1@videotron.ca

Toutes les conférences auront lieu le samedi matin, de 10h à 12h, au pavillon Léon-Arcand, 296, rue des Genévriers à Prévost.


verduresLe jardinage intérieur   le 16 mars (Payez à l’avance par interac)

Depuis quelques années au Québec, la production de légumes en serres prend de plus en plus d’expansion afin de nous assurer une autonomie alimentaire accrue.  Alors, pourquoi ne pas reproduire chez soi, à petite échelle, une initiative similaire? Venez découvrir quels sont les besoins des plantes en éclairage, en terreau et en engrais pour obtenir une production intéressante. Sur quels critères doit-on se baser pour choisir les variétés de légumes à cultiver et quels cultivars donnent le meilleur rendement.

Cette conférence-causerie animé par Geneviève Belleau, horticultrice, vous donnera toutes les informations essentielles pour vous lancer dans ce projet et obtenir des légumes frais toute l’année.


papillon01Créer une oasis pour les papillons monarques chez soi  le 13 avril (paiement par interac ou à la conférence de mars)

Sylvie Fortin, qui animera cette conférence-causerie, est l’initiatrice du projet « Faire pousser des monarques » démarré en 2022 et qui a permis d’implanter des oasis pour le papillon monarque sur des terrains municipaux (cinq à Prévost et un à Saint-Hippolyte). Sylvie est une passionnée. Elle vous fera découvrir le cycle de vie de ce papillon migrateur qui chaque année fait l’aller-retour entre Mexique et le Canada. Vous serez certainement fascinés par ses photos toutes prises dans nos oasis et pourrez même assister en direct aux toutes premières minutes de vie d’un papillon après son émergence de la chrysalide. Vous sortirez de cette causerie en ayant en main tous les éléments pour aménager avec succès une oasis sur votre terrain. Vous y apprendrez les bons gestes à poser, et quoi faire ou ne pas faire en présence d’oeuf et de chenilles de monarques.  Vous découvrirez aussi les autres insectes qui dépendent de l’asclépiade pour leur nutrition ou leur reproduction.

poule3cÉlever des poules chez soi : avantages et bien-être animal le 27 avril (paiement interac ou aux conférences de mars ou avril)

Avoir des œufs frais tous les jours, un rêve! Mais avant de se lancer dans une telle aventure et ne pas y perdre ses plumes, il convient de bien s’informer des réglementations de votre municipalité, des règles d’hygiène, des normes de bien-être animal et de gestion des déchets. Il faut aussi bien choisir sa variété de poules pondeuses et leur fournir la nourriture appropriée tout en les mettant à l’abri des prédateurs et des intempéries.

Geneviève Belleau, qui animera cet conférence-causerie est horticultrice et héberge des poules depuis plusieurs années. Elle se fera un plaisir de vous faire part de son expérience et de répondre à toutes vos questions.

L’hiver au Mexique, pas seulement pour les snowbirds


MonarqueLes monarques du Québec migrent vers le Mexique à l’automne. En mars, mâles et femelles sexuellement matures s’accouplent. La plupart des mâles meurent, alors que la majorité des femelles s’envolent vers le nord. En cours de route, elles pondent sur les pousses printanières de l’asclépiade et meurent à leur tour. Plusieurs générations de monarques se succèdent ainsi avant que les papillons atteignent nos régions, en juin. Malheureusement, le monarque, espèce unique par son cycle de vie, est en danger d’extinction en raison notamment de la perte d’habitats et de nourriture. En effet, le papillon adulte s’alimente du nectar des fleurs, mais la chenille se nourrit exclusivement de feuilles d’asclépiade, une plante indigène souvent considérée à tort comme une « mauvaise herbe ».

Oasis parc des MorillesDes oasis toujours plus nombreuses

Passionnée de biodiversité, Sylvie Fortin a mis en œuvre un projet visant à faciliter la reproduction de ce papillon ici, chez nous, en créant des aires spécifiquement conçues pour combler tous ses besoins. Parrainé par la Société d’horticulture et d’écologie de Prévost, et avec l’appui des villes de notre région et de la Fédération des sociétés d’horticulture du Québec, ce projet a permis de créer en 2022 des oasis à Prévost (au parc des Morilles et au Clos des Réas) et à Saint-Hippolyte (à la bibliothèque). Le projet a pris de l’expansion en 2023 avec l’agrandissement des espaces et l’ajout d’une oasis au centre récréatif du lac Écho. Une autre oasis verra par ailleurs le jour à Sainte-Anne-des-Lacs, en 2024.

Bénévoles au travailTravail et patience

Le succès de ce projet repose sur l’implication de bénévoles qui, dès le mois de mars, préparent des semis d’asclépiade pour planter dans les oasis. Ils s’emploient ensuite à préparer le terrain, à planter les annuelles et les vivaces sélectionnées, à arroser et désherber et, surtout, à observer et documenter toutes les étapes de transformation de l’insecte, de l’œuf à la chrysalide, puis au papillon adulte. Il faut un œil de lynx pour débusquer un œuf ou une petite chenille sur une feuille d’asclépiade, et il faut une bonne dose de patience pour assister en direct à l’émergence du papillon de sa chrysalide. Mais quelle satisfaction!

Biblio 03Bilan prometteur

Satisfaction aussi de savoir que tout ce travail, bien qu’il ne soit qu’une goutte d’eau dans la préservation du monarque, porte tout de même ses fruits. En 2022, nos oasis ont hébergé 21 œufs, 14 chenilles, et nous avons eu la chance de suivre le développement d’une chrysalide de laquelle a émergé un papillon mâle. En 2023, nous avons observé 20 œufs et 17 chenilles. Bien qu’aucune chrysalide ne se soit développée dans nos oasis, plusieurs chenilles ont probablement migré dans la végétation environnante pour leur ultime transformation.

 

CrysomèleAutres visiteurs et résidents des oasis

Outre l’importance vitale de tels aménagements pour la survie du monarque, les oasis supportent une grande biodiversité et attirent plusieurs pollinisateurs. En plus du papillon monarque, plusieurs insectes sont dépendants de l’asclépiade pour leur reproduction. On peut mentionner le longicorne, le chrysomèle, l’arctiide, le puceron jaune et la grande punaise. D’autres, comme les abeilles, les bourdons et différentes espèces de syrphes et de mouches se nourrissent du nectar de ses fleurs. Finalement certains la fréquentent en tant que prédateurs comme les coccinelles et les araignées crabes. La diversité des fleurs nectarifères des oasis attirent non seulement le monarque mais aussi de nombreux autres papillons; nous avons observé le vulcain, l’amiral blanc, la petite vanesse, le croissant nordique, le bleu argenté et même le tout nouvel arrivé, le paon du jour européen.

2 MonarquesUne oasis chez soi

Quelques oasis publiques contribuent évidemment à la préservation du papillon monarque, mais nous souhaitons que des citoyens mettent l’épaule à la roue en implantant des oasis sur leur terrain, ce que certains ont déjà fait avec succès. Les personnes intéressées trouveront sur le site Web de l’insectarium de Montréal l’information nécessaire à ces aménagements. (Certification Oasis pour les monarques | Espace pour la vie). De plus, chaque année, lors des journées de l’environnement de Prévost et de Saint-Hippolyte, la SHEP tient un kiosque d’information sur le papillon monarque et distribue des graines et des plants d’asclépiade que lui fournissent les municipalités. Le 13 avril prochain, Sylvie Fortin animera une conférence-causerie pour la SHEP. Vous découvrirez tout sur le monarque et apprendrez comment aménager des oasis. Pour vous inscrire à la conférence ou pour devenir bénévole dans le projet écrivez-nous à notre adresse courriel. Notez que si vous désirez vous impliquer comme bénévole dans le projet vous devez nous contacter avant le 1ier avril, car c’est à ce moment que sont formées les équipes de travail.

 

Merci aux bénévoles, tous rassemblés sous l’aile de Sylvie Fortin, instigatrice et muse du projet

Diane Barriault, Robert Bell, Carole Bérubé, Isabelle Biron, Louise Coulombe, Carole Desjardins, Paulette Duguay, Liane Duhamel, Jocelyne Marcoux et Lucie Renaud.

Moment et lieu des conférences

Le dernier mercredi du mois
à 19h15
à la salle de spectacle
de l'Église Saint-Francois-Xavier
994 rue Principale, Prévost